PUCH 2021

PUCH/création septembre 2021

TOUT PUBLIC A PARTIR DE 4 ANS           58 min

Duo chorégraphique et musical entre un danseur et un Beatboxeur


La compagnie bénéficie de l’accueil en résidence de Pôle en Scènes/Centre chorégraphik Pôle Pik, de Bizarre ! à Vénissieux dans le cadre de Plan B, à Le Croiseur Lyon 7ème, de la Faïencerie à La Tronche et du Groupe scolaire Jean Moulin à Villeurbanne.


Coproduction : Ville de Villeurbanne et la Compagnie L’Ogresse


Chorégraphie : Xavier Gresse

Human Beatbox : Tiko Nicolas Giemza

Interprètes : Tiko Nicolas Giemza et Xavier Gresse

Lumières : Dominique Ryo


PHOTOS GARANCE LI

DANSE/HUMAN BEATBOX

 

La danse et les percussions vocales sont deux arts ancestraux qui remontent à la nuit des temps, et qui ont pour seul vecteur le corps. C’est ce lien, à la fois évident et complexe que nous avons voulu retrouver et interroger.

Comment transformer la danse, la rendre plus musicale, et la musique plus dansée ?

Nous avons travaillé sur la résonance des corps, les jeux de symétrie et de mimétisme, la synchronisation et la désynchronisation. 

L’un n’avait jamais dansé, l’autre jamais beatboxé avant cette aventure. 

Cela nous a permis de recréer du lien entre nos corps et nos voix, et d’enrichir nos modes d’expression, le mouvement donnant de l’ampleur à la voix, et la voix affinant la palette d’expression du corps. 

Produire soi-même la musique sur laquelle on danse, a quelque chose de libérateur, on se sent entier, fixé dans l’instant présent et pleinement en possession de son corps. 

HUMAN BEATBOX


Tantôt outil musical, tantôt outil pédagogique, art aussi bien ancré dans la modernité que dans les âges reculés, le Human Beatbox est une discipline polymorphe qui ne cesse de se réinventer. 

L’idée est simple, on instrumentalise le corps, en l'occurrence l’appareil phonatoire, pour produire ou reproduire de la musique. 

Cette pratique vocale virtuose permet de transformer la voix humaine en musique parfois plus électronique que les musiques électroniques elles-mêmes. 

Avec le beatbox, la voix se retrouve dénuée de parole mais pas de sens pour autant, ce geste musical permet l’expression d’une pure communication sensorielle d’un corps parlant à un autre corps.

LE SPECTACLE


Sur un plateau nu, PUCH commence avec la rencontre des deux interprètes. D’ailleurs, au début, la rencontre ne se fait pas vraiment : chacun de son côté, proches l’un de l’autre mais sans regard échangé, les deux protagonistes s’expriment et donnent à voir ou à entendre de leur identité, jusqu’à croiser le regard de l’autre.

Le spectacle pourrait rester abstrait et se suffire de la beauté plastique née de cette rencontre. Mais par le croisement des regards, un lien se tisse, des questions émergent, des réponses arrivent, des moqueries, des sourires… Les deux interprètes se prêtent généreusement aux jeux de l’apprentissage et de l’échange. Tour à tour enfants, tyrans ou complices, ils se manipulent, se lient, se montrent, se copient, se questionnent, et prennent la place de l’autre pour se créer de nouvelles entités, celle de danseur/beatboxeur et de beatboxeur/danseur.

D’un tableau à l’autre et dans un rythme soutenu, tout son ou geste proposé devient potentiellement prétexte à emmener le spectateur dans un nouvel univers. Aucun mot ne sera articulé, pourtant vous entendrez quelque chose... Des idées, une histoire, des sentiments ?

Ce spectacle c’est la rencontre de deux artistes qui ne parlent pas la même langue, mais qui apprennent à se comprendre en créant un nouveau langage, fruit du mélange de leurs modes d’expression. Spectacle de danse à la fois musical et théâtral, PUCH explore toutes les géométries de la rencontre. Un moment d’échange et de partage, au sol ou dans les airs, poétique et métaphorique, à la fois physique et précis, entre un danseur et un beatboxeur.